En s’engageant contre le réaménagement top-down et en réhabilitant des quartiers décatis main dans la main avec les habitants, le collectif d’architectes londonien Assemble a remporté le Prix Turner.

Récompense prestigieuse outre-manche, le Turner Prize a l’habitude de créer la controverse, depuis le lit défait de Tracey Emin à l’installation audacieuse de Martin Creed « The lights going on and off ». Une fois n’est pas coutume, le travail du dernier lauréat surprend par son aspect pratique. Assemble crée des structures de vie, de travail et de jeu et les agence avec les locaux. Un nouveau modèle pour l’aménagement du territoire ?

« L’idée que la créativité est l’apanage de peu de gens est très répandue dans notre société. Beaucoup se croient obligés de vivre dans la culture de ces rares créatifs ou au contact de ce qu’ils ont créé » explique Anthony Engi Meacock, l’une des quinze têtes d’Assemble, un collectif rassemblant artistes, architectes et philosophes. « Nous ne sommes pas de cet avis, et notre existence est un signe d’espoir annonçant un changement plus conséquent. »

Ce changement progressif, encouragé par le Turner Prize, est essentiel dans le domaine urbanistique. La vision d’Assemble s’oppose à « l’approche cynique trop directive de l’aménagement par les autorités » pour citer Fran Edgerley, une collègue d’Anthony. Très pratique, leur approche dite « bottom-up » implique les habitants du territoire concerné (et leur donne un sentiment de pouvoir). Le concept est très en vogue. En France, le Collectif Etc applique des principes identiques.

Le Cineroleum à Londres est la première incursion low-cost et DIY du collectif Assemble. À partir de matériaux recyclés et avec l’aide de passants et volontaires, le groupe a transformé une station essence désaffectée en salle de cinéma pop-up dans le quartier trendy de Farringdon. Ils souhaitaient replacer le cinéma en plein cœur de la ville, au contraire des multiplexes implantés en périphérie. À la fin de chaque séance, le rideau séparant la salle du trottoir tombait, ouvrant la vue sur le « théâtre de la rue ».

Assemble cineroleum
Le Cineroleum à Londres est la première aventure DIY et peu coûteuse d’Assemble.

Aider une communauté à se réapproprier son quartier

Le Cineroleum s’est, hélas, fait dévorer par les ogres de l’immobilier. En revanche, le projet d’Assemble à Liverpool « Granby Four Streets » est appelé à durer. Autrefois quartier florissant devenu terre d’élection de la plus ancienne communauté afro-caribéenne d’Angleterre, le quartier a connu des temps difficiles dans les années 1970. L’emploi mourrait et les magasins disparaissaient. Au bout du compte, les rangées de maisons victoriennes qui formaient le quartier étaient vouées à la démolition. Tant bien que mal, les résidents ont résisté.

Une habitante, Eleanor Lee, raconte : « L’agencement de ces maisons est une façon de dire cette demeure, cette rue, tout le quartier et ses habitants, sont bons à jeter ou à rayer de la carte. Du coup, on s’est mis à peindre, à nettoyer, à semer des plantes et à combler des trous. Après avoir changé concrètement son environnement, on se sent fort. »

plan zone Granby Four Streets
Granby a été réhabilité par Assemble et les habitants du quartier.

Et comme l’union fait la force, le collectif Assemble a rejoint les résidents qui avaient fait preuve de créativité pour sauver leur quartier.

Une autre habitante, Erika Rushton rapporte : « Les gens d’Assemble sont les seuls à s’être assis avec nous et à nous avoir écouté. Ils ont transposé notre vision en réalité au moyen d’esquisses et de maquettes. Leur idée d’habitat est pratique, peut se faire dans la rue, par la communauté et dans un espace restreint, et le résultat est beau. »

Le collectif a effectué une restauration respectueuse des bâtiments existants, s’appuyant sur leurs particularités. Un plafond s’est écroulé ? Assemble a créé une pièce en double-hauteur. Une maison démolie balafre l’alignement ? Le collectif en profite pour aménager un jardin d’hiver avec espace commun.

Et ce n’est pas tout. Assemble a prêté main forte à la création de Granby Workshop, une initiative sociale, source d’emploi et de stages. Dans ce lieu, les artisans locaux réalisent des accessoires et des objets d’ameublement (carreaux, tissus matelassés, abat-jour, cheminées et boutons de porte). Le fruit de la vente sert à financer le développement continu d’un quartier autrefois prospère.

plan Granby four streets Assemble
À l’écoute, Assemble a concrétisé la vision des habitants.

Aires de jeu et de restauration

Ce collectif d’architectes ne sert pas que les adultes, il pense aussi aux enfants. Il a rencontré les jeunes travailleurs de l’un des quartiers les plus démunis de Glasgow pour bâtir le Baltic Street Adventure Playground. Cette aire de jeu est d’une part un moyen de rassembler enfants catholiques et protestants au delà des barrières sectaires sous-jacentes, d’autre part un lieu offrant de « la nourriture chaude, des vêtements et de l’aide sociale. »

Chicken Town dans le quartier de Tottenham à Londres – lieu d’émeutes en 2011 – est un autre exemple d’initiative sociale novatrice. Assemble s’est occupé de leur aménagement intérieur. Situé dans une ancienne caserne de pompiers, Chicken Town propose un placebo sain et pauvre en graisse aux écoliers amoureux ou dépendants de la malbouffe (40% des adolescents de Tottenham sont obèses). La nuit, Chicken Town sert des repas et des bières artisanales à prix adulte. Le jour, il prépare des repas conventionné. Coûtant 2 livres seulement, le « Junior Special » est à la portée de toutes les bourses.

C’est bien joli tout ça, mais une question demeure : est-ce que l’approche « bio » d’Assemble est un modèle viable pour l’urbanisme moderne ? Facile, dans les zones défavorisées, ignorées par les promoteurs immobiliers, de trouver le temps et l’espace pour reconstruire des quartiers en tandem avec la communauté. Mais dans les quartiers branchés et convoités, il va falloir trouver des propriétaires motivés pour appliquer l’approche démocratique et collaborative d’Assemble… Si seulement nous pouvions voir un paysage urbain se dessiner au-delà des profits, des villes plaçant l’humain et l’art de vivre au cœur des processus.

enfant sur aire de jeux
Baltic Street Adventure Playground offre de la nourriture, des vêtements et un soutien social.
Baltic adventure playground
Assemble Folly
Blackhorse Workshop
OTO construction
Theater on the fly
intérieur de Theater on the fly