À Athènes, le tourisme revient à ses sources analogues : des visites guidées révèlent les secrets du street art, de l’architecture et de la vie nocturne au cœur de la capitale grecque. smart urban stories a voulu être de la partie.

« Berlin est le nouveau Athènes » atteste un graffiti sur un mur du centre ville d’Athènes. C’est un jeu de mots qui fait référence au boom hipster, suggérant qu’un destin semblable se profile pour la capitale grecque.

En effet, au cours des dernières années, Athènes a vu de nombreux artistes s’installer, tous attirés par une scène artistique florissante, des loyers peu chers et le beau temps. Ainsi, tout touriste désireux d’explorer les multiples facettes de la ville au-delà du Parthénon et avide de découvrir le buzz indescriptible d’Athènes, se doit de réserver une des nouvelles visites guidées proposées par Alternative Tours Athens (ATA) – une initiative exclusive et pas comme les autres.

Offrant un aperçu global de la ville, le collectif local à but non lucratif propose différents itinéraires à thèmes. Ceux-ci mettent l’accent sur l’architecture, la vie nocturne, le street art et les mouvements sociaux, donnant ainsi aux explorateurs urbains accès aux curiosités les plus fascinantes de cette ville et de ses habitants.

Graffiti ‘mains qui prient’ à Athènes
À la découverte du street art d’Athènes
Art : Pavlos Tsakonas, Manolis Anastasakos

L’oracle d’Omonia

Nikos Barpakis est en charge de la visite guidée street art proposée par le collectif qui se concentre sur la découverte du street art et la renaissance du centre-ville d’Athènes. La visite commence sur la place Omonia et nous emmène à travers les quartiers formant le noyau du centre ville : Omonia, Psyri, Kerameikos et Gazi – quatre quartiers avec une scène street art prospère.

Avec la Place Syntagma et la Place Monastiraki, la Place Omonia constitue le Triangle du Marché historique – une zone de développement prioritaire de la commune d’Athènes. Il est intéressant de constater que la série de peintures murales réalisée par différents artistes qui se dresse sur notre route est tout aussi impressionnante qu’optimiste quant à l’avenir de la capitale grecque. Serait-ce un présage de l’oracle ?

Non seulement Nikos nous fournit des informations techniques sur les fresques murales, il les intègre également dans un contexte plus global. Après tout, la plupart de ces œuvres d’art ont un fond politique : prenez l’hommage au fameux chien Loukanikos, un chien de rue qui faisait acte de présence lors de manifestations récentes et qui est devenu un symbole de la résistance de la ville face aux mesures d’austérité.

La visite se poursuit dans les rues sinueuses et étroites de Psyri. Après plusieurs années d’abandon suite à la crise économique de 2008, ce quartier reprend vie un peu plus chaque jour. Ainsi, Psyri est devenue l’une des plus grandes galeries d’art en plein air d’Europe, avec des œuvres réalisées par les plus grands artistes internationaux issus du monde du graffiti.

Cofondatrice d’Alternative Tours Athens, Maria Petinaki
Maria Petinaki, l’une des cofondatrice d’ ATA.

Une zone frontalière européenne

Avec l’interminable crise économique et financière et l’arrivée des réfugiés, la frontière historique s’est vue obligée de repenser son propre espace, son histoire et ses traditions vers un renouveau radical. Et les citoyens d’Athènes s’engagent plus que jamais.

Ils redécouvrent et racontent les anécdotes de leur ville natale et de son patrimoine, au-delà des anciennes mosaïques, des temples en ruine et des grandes mythologies.

Bien plus encore, ils se concentrent sur des aspects plus pratiques qui affectent et façonnent leur vie au quotidien. Tels que ces visites de la ville, qui peuvent servir de puissants modes de communication pour articuler et véhiculer des récits locaux.

En plus de la richesse des différents thèmes proposés, les visites ont toutes un point commun : des citoyens engagés, des activités informelles, la création d’emplois pour la population locale et la découverte d’espaces hors du commun. Leurs itinéraires à travers le tissu dense de la toile d’Athènes tissent de nouvelles chroniques d’un pays qui recense trois mille ans d’histoire et un passé récent tumultueux.

Un des guides touristiques d’Athènes.
Sortir des sentiers battus avec le guide Nikos Barpakis.
Art : 1UP

Contes et histoires

Les visites guidées de la ville donnent libre cours à l’interprétation et le décodage des œuvres d’art de rue et des fresques murales. Il va sans dire que cette forme d’art moderne complète parfaitement les histoires ancestrales racontées par le marbre et les vases poussiéreux en argile que l’on trouve dans les nombreux musées à travers le pays.

La cofondatrice Maria Petinaki nous explique qu’ATA s’est vu naître d’un intérêt pour les mouvements sociaux, les squats et le street art. Si Maria devait citer sa visite préférée, ce serait : « Toutes celles que je n’ai pas encore faite ». C’est exactement cette nature curieuse, continuellement à la recherche de nouvelles histoires et de points de vue intéressants qui permet à ATA d’évoluer dans un cadre toujours d’actualité.

Un savant mélange fait de participants formant un groupe homogène d’habitants passionnés par leur propre ville et de touristes qui veulent voir ce qu’Athènes a à offrir au-delà de l’Acropole. Tous sont « intéressés par les nouvelles formes de patrimoine et l’histoire d’Athènes imprégnée dans ses murs ».

Un graffiti qui montre les bouches d’Athènes
Fresque moderne : un collage street art.

Les participants forment un joyeux mélange d’habitants passionnés par leur propre ville et de touristes souhaitant voir ce qu’Athènes offre au-delà de l’Acropole.

Tous sont « intéressés par les nouvelles formes de patrimoine et l’histoire d’Athènes imprégnée dans ses murs ».

Hotel with street art in Athens
Le quartier de Psyri est une des galeries de street art les plus grandes d’Europe.
Art : David Shillinglaw
dog street art
Art : Smart, N_Grams, Martinez
La silver smart fortwo dans les rues d’Athènes

Aperçu via une boule de cristal

Le tour s’achève au dernier arrêt, Kerameikos / Gazi, où ce sont les murs mêmes qui racontent l’histoire athénienne de ces 15 dernières années. Les problématiques sociales sont adroitement contextualisés par notre guide touristique ATA.

Ici, le street art sert aussi de boule de cristal tournée vers l’avenir de la ville : comme les couches de l’histoire sous nos pieds, les nouvelles couches de graffiti apparaissent sur la peinture écaillée des œuvres précédentes, prévoyant des communautés plus soudées encore, des individus satisfaits et heureux et une ville accueillante.

Evocateurs de l’esprit de la ville, ces murs incrustés de graffiti poussent un participant surpris à chuchoter : « Je ne m’attendais pas à ce que Athènes soit si … contemporain. »

La visite s’achève mais une chose est sûre : en redonnant une voix contemporaine à Athènes, le street art a su se mettre au service de l’histoire de toute une ville.