Revitaliser un quartier se fait en rassemblant ses habitants. A Rotterdam, on construit des ponts – au sens littéral ! Grâce au financement participatif, le cabinet d’architecture ZUS a bâti un pont aérien, « Luchtsingel » en néerlandais, qui chevauche trois secteurs au nord de la ville.

Un pont de 390 mètres en bois brut et jaune relie la gare centrale de Rotterdam à une ancienne station désaffectée nommée Hofplein. Bienvenue sur le Luchtsingel ! Ce pont – l’un des premiers exemples d’aménagement territorial financé par des habitants – connecte trois quartiers séparés les uns des autres à la suite de la seconde guerre mondiale. Attention, cette construction se veut un rôle de catalyseur. Améliorer ce secteur (en termes d’esthétique d’une part, de connectivité et de fonctionnalité d’autre part) devrait attirer entreprises et investisseurs, offrant au final un cocktail vitaminé à cette partie de la ville.

Luchtsingel est l’idée de génie du cabinet ZUS (Zones Urbaines Sensibles). Poussé par le manque de décision et d’action de la part de la municipalité, le jeune cabinet d’architecture a pris le problème à bras le corps. Si le pont aérien couleur canari attire immédiatement l’attention, il s’inscrit, pour ZUS, dans un programme de réaménagement urbain global incluant 50 à 60 interventions individuelles (jardin en terrasse, toit ouvert au public et jardin public notamment).

piétons sur pont jaune
Bienvenue sur le Luchtsingel !
Foto: Ossip van Duivenbode

Plus de 10 000 copropriétaires

Le Luchtsingel n’aurait pas pu voir le jour sans soutien ni levée de fonds. ZUS a bâti la première partie de la passerelle pour piétons grâce au financement participatif. Les architectes ZUS, Kristian Koreman et Elma van Boxel, expliquent toutefois que « collecter l’argent n’était pas le plus important dans le crowdfunding. Ce phénomène permet surtout de tisser des liens et de semer la bonne volonté auprès des gens. À première vue, beaucoup sont sceptiques et réticents, mais une fois impliqués, ils se donnent à fond. »

La campagne de financement proposait aux habitants d’acheter « leur » parcelle du pont. Ce dernier est donc constitué de milliers de planches sur lesquelles les propriétaires ont fait graver leur nom ou un message personnel. Au moment de la rédaction et d’après van Boxel, le secteur comporte plus de 10 000 copropriétaires.

pont jaune luchtsingel vu de dessus
La passerelle jaune mesure 390 mètres.
Foto: Ossip van Duivenbode
restaurant pont jaune Luchtsingel
Foto: Ossip van Duivenbode
pont jaune luchtsingel enjambant des rails Rotterdam
Foto: Ossip van Duivenbode
les passants visitent le pont jaune luchtsingel
Foto: Fred Ernst
jardin sur le toit Rotterdam
Foto: Ossip van Duivenbode
pont jaune luchtsingel surplombant huit voies
Foto: Ossip van Duivenbode

Projet bêta et courbe d’apprentissage continue

Grâce à ce pont, les alentours de l’ancienne gare ferroviaire de Rotterdam Hofplein sont de nouveau animés de gens et de commerces. Concerts, projections de film en plein air, café et toit aménagé en terrasse en font désormais un terrain de jeu idéal.

Pour Kristian Koreman, le Luchtsingel est un projet temporaire qui appelle à réflexion constante. « Il est facilement démontable ou ajustable puisqu’il est en bois. Il s’adapte aux besoins de la zone. » ZUS voit ce projet comme une version bêta faisant la part belle à l’innovation question aménagement du territoire avec courbe d’apprentissage continue. On s’interroge sur ce qui fonctionne, ce qui ne va pas et sur les autres quartiers qui pourraient participer.

Architectes = Initiateurs ?

La passerelle piétonne Luchtsingel est un exemple significatif alimentant le débat sur le rôle des architectes, leur esprit d’initiative et leur part d’implication dans le développement des villes, à l’image des urbanistes. La question est de savoir s’ils sont avant tout des exécutants ou peuvent jeter des ponts en impulsant leur propres idées. Le cas présent montre clairement que les architectes peuvent déclencher des procédés modernes en faveur de la ville, prendre l’initiative et créer un élan social en matière de développement urbain.

Koreman ponctue « Le Luchtsingel ne sera jamais fini. C’est en fait le début d’un processus de régénération urbaine. » ZUS prévoit pour les années qui viennent de se démener et relier la passerelle piétonne au Hofbogen, une voie ferrée aérienne transformée en parc à l’heure actuelle. « Il serait alors possible d’entrer dans le parc en passant par le pont. Ce serait pas génial ? »