Qui s’intéresse au futur d’un constructeur automobile devrait écouter Eileen Mandir. Experte en mobilité, elle occupe le poste de Head of Product & Lab chez moovel, une filiale de Daimler. Son but est de traquer les meilleurs itinéraires parmi les réseaux urbains.

Tout en bas, on voit la Marienplatz avec le terminus du tramway jaune, des pistes cyclables, des piétons, une artère principale, un relai de taxi et des exemplaires de la smart fortwo electric drive mis en partage par car2go. moovel, la division mobilité de Daimler, occupe trois étages dans un bâtiment offrant une vue imprenable sur ce point névralgique de Stuttgart. moovel a pour mission d’explorer le futur de la mobilité, de désigner et de façonner de nouvelles solutions … pour nous permettre d’utiliser divers moyens de transport de la façon la plus intelligente qui soit. Encore sans nom, les Allemands pourraient bien appeler ce concept « mooveln » (que l’on pourrait traduire par « se moover »). Titulaire d’un doctorat en trafic et déplacements urbains, Eileen Mandir s’intéresse surtout aux structures vrombissant sous ses fenêtres. Car ce n’est qu’en connaissant l’ADN des transports et la mobilité d’une ville sur le bi du bout des doits que l’on peut programmer une appli qui donnera les moyens à tout le monde de se connecter et de partager. C’est aussi simple – et aussi compliqué – que cela.

Madame Mandir, Daimler s’est très vite montré en faveur des nouveaux modèles d’affaires avec les sociétés car2go et mytaxi. À Stuttgart et Hambourg, la toute nouvelle appli moovel permet de réserver ses titres de transport ferroviaire et locaux. Semez-vous les germes d’une révolution ?
Eileen Mandir : Le regroupement intégral de tous les moyens de transports à Stuttgart et Hambourg est une nouveauté mondiale, certes, mais pas une révolution. L’offre moovel est le témoin ou résultat d’un phénomène en pleine effervescence dans plusieurs centres villes du monde entier : la frontière entre les divers modes de transports (voitures particulières, trains, trains régionaux, vélos) s’efface, les itinéraires se connectent et les utilisateurs se diversifient. Étant donné la conjoncture il me semble tout naturel qu’un fabricant automobile tel que Daimler joue la carte de la mobilité. Notre but est de trouver le trajet parfait et cohérent (comprenant un ou plusieurs moyens de transport) de le réserver et de le régler au moyen d’une seule appli – très simple d’utilisation.

Quel est le comportement type, en ville, d’un utilisateur de moovel ?
Eileen Mandir : Il y a autant d’itinéraires et de combinaisons qu’il y a d’êtres humains. Nous tenons à ce que l’appli moovel propose aux clients ce qui leur convient le mieux. Cela signifie que c’est différent pour toute situation. Il peut s’agir de l’itinéraire le plus rapide, le plus confortable, le moins cher ou le plus intéressant. Par exemple en se rendant à la gare avec son propre véhicule ou en car2go, ensuite en prenant le train et en achevant avec mytaxi ou un vélo de location. Ou l’inverse.

Comment le plus ancien constructeur automobile au monde a-t-il pu envisager l’idée radicale de renoncer à l’utilisation de la voiture particulière ?
Eileen Mandir: Daimler  est l’un des premiers entrepreneurs d’Europe à avoir déclaré en 2007 : nous voulons créer des modèles d’entreprise accompagnant la désintermédiation, c’est à dire aller au delà de l’élaboration, de la construction et de la vente d’automobiles. La même année, la division « Business Innovation » s’est chargée d’étudier des plans concrets. Le premier pas vers le développement de filiales et la vente de produits complémentaires mais en confrontation directe avec la démarche initiale de l’entreprise était fait. La phase de développement s’est concentrée sur l’avenir et l’anticipation. Il s’agissait d’avoir toujours un temps d’avance et d’être proactif. car2go en est la plus belle illustration. En l’acquérant, Daimler était bien en avance sur son temps.

agence moovel
Au cœur de Stuttgart, moovel façonne l’avenir de la mobilité en ville : audacieux, connecté, numérique.
agence moovel
agence moovel
agence moovel
agence moovel
agence moovel
agence moovel
agence moovel
agence moovel
agence moovel
App moovel

Eileen Mandir sait très bien qu’à l’image des flux de transport les idées ont besoin de supervision. C’est pourquoi l’équipe moovel composée de programmeurs, designers, analystes réseaux, communicateurs et experts en marketing a élaboré un concept de travail inédit fleurant bon l’esprit de startup. L’espace de travail, très lumineux sur les trois étages, déborde d’énergie créative. On y trouve des cabines téléphoniques, des canapés, une terrasse sur le toit et une cuisine ouverte. Le groupe de développeurs « mobile Maultaschen » vient préparer à manger et déjeuner une fois par mois. Au huitième étage, l’espace de travail des développeurs, deux e-bikes sont suspendus, une planche de skate repose devant un canapé. À l’évidence la mobilité revêt diverses facettes et le moovel lab est constamment en mouvement. Quand l’équipe interdisciplinaire à trois têtes se penche sur l’avenir des déplacements en zone urbaine, c’est aussi l’occasion de créer de l’art avec les données ou de penser à utiliser des drones en guise de taxis.

Comment le cœur de Stuttgart peut-il battre au rythme de celui de la Silicon Valley ?
Eileen Mandir : Une position jugée « marginale » offre parfois un excellent point de vue. Qui plus est, outre ses bureaux à Stuttgart, Hambourg et Berlin, moovel a des agences à Portland et Austin, deux villes tendance où la culture startup a la part belle. Aux États-Unis nous avons rassemblé toutes nos activités sous le parapluie moovel North America. On y développe la technologie « M-ticketing » adaptée aux transports en communs, une technologie d’ailleurs intégrée aux applis fournies par les sociétés de transports comme solution en marque blanche.

Est-ce vrai que les déplacements quotidiens des Européens diffèrent grandement de ceux des États-Uniens ?
Eileen Mandir : Oui, la perception des déplacements est une question très culturelle. Les Européens et les Américains ont une idée bien différente des transports publics régionaux. Il est donc à notre sens capital de travailler à la mobilité à partir de différentes marques et de développer des produits qui répondent à tous les besoins. Il convient de développer une appli s’adressant aux Américains, sur le sol américain.

En tant que Head of Product & Lab, vous travaillez en même temps sur le présent et le futur…
Eileen Mandir : Tout à fait, je m’occupe tous les jours de design de produit, de positionnement de produit, de segment de clientèle et de comportement utilisateur pour ce qui concerne l’appli de mobilité moovel. À ce poste, la gestion de produit traditionnelle joue un rôle, tout autant que l’approche culturelle au sein d’une entreprise. Comment préparer un scénario depuis la communication interne à l’approbation du projet ? Nous sommes en dialogue avec les représentants des transports en commun et les établissements publics. Nous nous concertons sur la perception de la mobilité en général et sur les missions que moovel peut entreprendre.

agence moovel travailler ensemble
L’approche culturelle de moovel commence par un agencement audacieux des postes de travail.
bureaux moovel
Les trois étages offrent un espace de travail très varié.
bureaux moovel employé
Le retour de la cabine téléphonique.
bureaux moovel recoin pour travaille
Alcôves aménagées pour travailler en retrait.
App moovel
Moovel a développé une appli qui calcule l’itinéraire idéal pour toutes les situations.
bureaux moovel canapé
Un canapé, c’est bien mieux pour réfléchir qu’une chaise derrière un bureau.
bureaux moovel livres
bureaux moovel

Et c’est ainsi que moovel lab développe des projets expérimentaux comme la smart fortwo « greeskin » ou l’« Urban Mobility Printer », qui réalise des œuvres d’art à partir de données collectées ?
Eileen Mandir : Oui, moovel lab est né d’un travail interdisciplinaire. Nous communiquons énormément avec les startups et les partenaires publics, sans oublier les experts faisant partie intégrante de nos équipes. moovel lab n’est pas seulement un lieu de recherche et d’expérimentation sur la mobilité en zone urbaine, c’est aussi un lieu de concertation et de discussion multidisciplinaire qui permet de mieux apprendre et d’innover, car la mobilité nous concerne tous.