Si tu crois que l’urbanisme chinois du xxie siècle ne s’intéresse qu’aux projets surdimensionnés commandités par les autorités, révise ton jugement. Le People’s Architecture Office (PAO) de Pékin voit l’avenir des villes chinoises dans des édifices légers et modulables plutôt que les gratte-ciel de béton et d’acier.

Nous suivons le travail créatif de James Shen, He Zhe et Zang Feng du cabinet PAO depuis que nous avons découvert leur incroyable Tricycle House il y a trois ans.

Conçue comme solution d’urgence pour les travailleurs nomades des méga-cités toujours en expansion, la Tricycle House (ou maison tricycle) est une maison sur vélo. Elle contient l’essentiel dont une baignoire, une cuisinière et un lit convertible en table à manger.

La structure modulaire réalisée dans des matériaux plastiques est expansible et rattachable à d’autres unités similaires. On imagine déjà les nomades chinois former des villages organiques et autosuffisants avec leurs maisons.

Qu’il s’agisse d’un concept de logement mobile comme la Tricycle House, d’un auvent modulable pour injecter un nouveau souffle à une place publique ou un bloc ready-made intégrable à un édifice traditionnel, les créations du People’s Architecture Office ont plusieurs points communs.

Elles sont modulables, légères et sociales.

Vivre l’architecture comme un événement

« Nous créons pour des événements mais considérons l’architecture comme un événement en soi » fait remarquer le cofondateur James Shen. Et pour se faire une idée, il suffit de jeter un œil au dernier projet de l’agence, le People’s Canopy ( ou « auvent du peuple »).

Pour la ville de Preston au Royaume-Uni, les architectes ont conçu une série d’auvents géants de couleur rouge. Modulables comme le soufflet d’un accordéon, ils servent, une fois dépliés, d’espace public temporaire très pratique en toute occasion.

Rappelant la Tricycle House, chaque module est monté sur roues. Ainsi, les habitants de Preston peuvent déplacer et placer les auvents où bon leur semble.

Comme le déplacement d’un module nécessite la présence de plusieurs êtres humains, les habitants de Preston sont mis au défi de penser ensemble à la création d’un nouvel espace social – un événement en soi, selon Shen.

Événement auvent monument
Le People’s Canopy offre un lieu public temporaire axé sur l’interaction sociale.
Auvent sur roues
Personnes déplaçant l’auvent
Foule sous auvent
Auvent Hong Kong danse devant gratte-ciel
Projection de film Hongkong
Public devant auvent
Déplacement de l’auvent dans la forêt urbaine

Le point de vue du peuple

Le People’s Canopy s’avère une solution pop-up efficace contre la désertion des espaces publics du centre-ville, souci de la municipalité de Preston. « Pendant la phase de réalisation, nous nous sommes démenés pour obtenir un soutien de la part des autorités et des habitants. » confie Shen.

« En réalité, l’approche expérimentale des autorités optant pour des méthodes peu conventionnelles en matière d’urbanisme nous a positivement surpris. Elles ont parfaitement compris que, pour améliorer une ville, tâtonnements et tentatives valent mieux que des années de conjectures et discussions. L’ouverture de Preston à l’expérimentation est un vrai tremplin pour les idées originales. D’autant plus qu’il nous a été permis d’inclure les habitants au processus créatif. »

L’accent mis sur les relations humaines illustre bien l’approche populaire de ce cabinet d’architecture. Pas surprenant qu’il s’appelle le « People’s Architecture Office ».

« Nous nous sommes rendu compte que bon nombre d’architectes se concentrent sur les bâtiments plutôt que sur les utilisateurs et utilisatrices. Or le point de vue du peuple est toujours le point de départ de nos créations, puisque, finalement, celles-ci sont censées améliorer leur quotidien. »

Les conceptions émancipatrices et centrées sur l’humain du PAO donnent l’heur aux habitants d’être, d’une part, plus impliqués dans les défis urbains d’aujourd’hui et, d’autre part, de rendre leur ville plus agréable, plus ouverte et plus divertissante.

maison tricycle
Le People’s Architecture Office répond aux besoins des individus et des défis urbains actuels.
maison tricycle douche-bain à l’intérieur
maison tricycle rayonnages plante
maison tricycle lecture au lit

Préserver l’environnement avec des modules d’habitat

Les formes déliées des constructions PAO, ainsi que l’accent mis sur l’interaction sociale est on ne peut plus remarquable dans le contexte de l’urbanisme chinois où l’approche top-down règne en maître.

Le plugin Courtyard House, un module préfabriqué facile à monter (c’est-à-dire une « maison à l’intérieur d’une autre maison ») vise à réhabiliter les maisons en déclin du quartier Dashilar à Pékin.

Shen nous en dit plus : « Le plugin Courtyard House est un moyen de préserver des édifices séculaires tout en les équipant des standards modernes d’habitat et de faire en sorte qu’ils consomment moins d’énergie. Cela permet de sauver des quartiers traditionnels comme Dashilar de la démolition de masse, une pratique de plus en plus répandue au regard de l’urbanisation croissante en Chine. Qui plus est, nous conservons une dimension humaine. »

D’après Shen, le maire du district a épaulé activement le développement du module Courtyard House et le concept a toutes les chances d’être appliqué à plus grande échelle à l’avenir.

PAO vieux bâtiment
Le plugin « Courtyard House » est une maison moderne s’intégrant à l’intérieur d’un vieux bâtiment.
bâtir à l’intérieur
cabine argentée sur cour
chambre d’hôte moderne
vieille façade sur cour
fenêtres modernes sous vieux toit
porte en aluminium donnant sur cour
avant après maison sud

Le bel avenir des conceptions temporaires

Shen poursuit en précisant que PAO travaille à d’autres défis urbains plus vastes et plus exhaustifs. « Nous sommes d’avis que les technologies et connaissances tirées de nos concepts temporaires à petite échelle peuvent s’appliquer aux projets plus traditionnels de grande envergure – et vice-versa. »

Le co-fondateur du cabinet People’s Architecture Office prédit un bel avenir aux conceptions temporaires qui résolvent des questions urbaines de taille. Le monde évolue si vite que l’urbanisme se doit d’être souple. « À première vue, nos projets pourraient sembler capillotractés mais, au fond, ils sont très pratiques. »