Avec l’appel à projets Réinventer Paris, la maire Anne Hidalgo veut retaper la capitale française de pied en cap. Le deuxième volet de ce concours public vise à réinsuffler vie aux friches souterraines.

Le plan de Paris reflète l’esprit du temps des périodes de l’histoire. Au XVIIe siècle, Louis xiv, le fameux Roi Soleil ne voulait qu’une chose : s’extraire du chaos et de la saleté de la capitale. Sans autre forme de procès, il s’est fait bâtir une résidence hors-les-murs, à Versailles, afin de régner paisiblement à distance.

Au XIXe siècle, celui qui s’était autoproclamé empereur, Napoléon iii, rêvait d’un Paris moderne, grandiose et assaini. Il a tout mis en œuvre suivant le bon goût de l’époque… et Paris a obtenu des kilomètres de boulevards, aux immeubles haussmanniens tout ornés de fioritures. La population concernée n’a pas eu son mot à dire. Elle a dû, sans jérémiades, s’adapter aux progrès impériaux.

La maire en fonction, Anne Hidalgo, veut réinventer Paris. Sa formule magique repose sur un savant mélange de participation démocratique et de co-financement privé.

Dès son arrivée en poste, Hidalgo a lancé le premier volet de l’appel à projets Réinventer Paris. Elle mettait à la disposition du public et de leurs partenaires 23 terrains et lieux prestigieux qu’il leur incombait de transformer dans un esprit novateur et progressiste.

Un groupement d’immeubles avec des arbres en toiture
Paris se réinvente – dans le cadre d’un appel à projets urbains.
Image : Atelier Teisseire

Imaginer une « ville bienveillante »

Le deuxième volet de l’appel à projets répond au slogan « Sous les pavés, l’avenir ! » Il s’agit en effet d’explorer les dessous de Paris et de leur redonner un nouveau souffle. Tout le monde peut candidater, à la condition que chaque équipe candidate soit pluridisciplinaire et puisse assumer le financement du projet.

Si toutefois une personne esseulée détient une idée de génie, elle peut se rendre sur la page Meet-up du site en rapport afin de découvrir et échanger avec des partenaires potentiels… Start-up, associations, investisseurs, promoteurs, entrepreneurs, collectifs et artistes s’y sont donné rendez-vous.

Projet L'air nouveau de Paris avec des sphères créant de l’espace dans les airs
Quand le naturalisme oriental mêle le verre et l’acier.
Image : Planning Korea

Les critères de sélection des projets lauréats se fondent sur la vision d’une « ville bienveillante et inclusive » pour reprendre les termes d’Hidalgo. Il va de soi que cette ville sera aussi innovante et non polluante.

« Par cette démarche, déclare Madame la Maire, nous refusons un Paris vitrifié par la nostalgie ou, à l’inverse, noyé dans un mouvement contemporain d’uniformisation. En ouvrant le champ des possibles, en articulant révolutions urbaine, écologique et démocratique, nous donnons forme à la Ville de demain : ouverte, décloisonnée, vibrante et rayonnante. »

Vue intérieure projetée d’une bulle du projet L’air nouveau de Paris
Une proposition très design : L’air nouveau de Paris vu de l’intérieur.
Image : Planning Korea

Vision plurielle à composante sociale

Concrètement, à quoi peut-on s’attendre ? L’immeuble Morland, bâtiment de bureaux des années 1960 est un site phare du projet Réinventer Paris.

Sous la houlette du célèbre architecte David Chipperfield cette ancienne cité administrative à l’emplacement exceptionnel en bord de Seine va se métamorphoser en complexe architectural ouvert aux passants, accueillant un hôtel et un restaurant de luxe d’une part, une auberge de jeunesse d’autre part, une entreprise dédiée à l’agriculture urbaine, le lieu culturel Paris Art Lab, une start-up proposant des solutions pour bâtiments intelligents, un marché, un magasin de vélos, un espace de coworking et bien plus encore.

Cerise sur le gâteau, c’était d’ailleurs dans le cahier des charges municipal, l’édifice fera la place belle au social avec une crèche accueillant jusqu’à 66 enfants et 5 000 m² de logements sociaux.

L’Immeuble de bureaux dit immeuble Morland à Paris au bord de la Seine.
L’Immeuble Morland se métamorphose sous la houlette du célèbre architecte David Chipperfield.
Image : bloomimages

Inspiration underground

Mais que peut bien offrir une ville en sous-sol ? Un éventail insoupçonné et insolite de 34 sites, à commencer par un tunnel situé en dessous un Pont Neuf, une superbe galerie commerçante à l’abandon dans le style Belle Époque à deux pas du Louvre, des stations de métro fantômes comme Croix Rouge ou Champ de mars, ou encore une esplanade souterraine, dans le goût Art déco offrant, outre une immense cave voûtée, une nef centrale baignée de lumière de 25 m sous plafond.

Les idées grouillent. Aussi variées que hautes en couleur. On entend parler de clubs et de scènes ouvertes pour street artistes (slameurs et beat-makers), de piscines et de sanctuaires pour minorités souffrant de discrimination.

Les propositions commerciales ne manquent pas non plus. Elles sont pléthore même, allant des centres de logistique et d’appels aux espaces de co-working en passant par les incubateurs d’activité. Mais un facteur décisif aux yeux d’Hidalgo reste néanmoins – tout comme pour l’Immeuble Morland – l’espace dédié au logement social.

Que ceux et celles qui s’inquiètent que, noyée par trop d’innovation, la tradition française tombe dans l’oubli se rassurent. Les Nouveaux Fromagers proposent un musée du fromage et une cave de dégustation. Comme quoi, futur et goût du terroir peuvent aussi se donner la main et Paris se montrera à la hauteur de sa réputation.

Clique ici pour en savoir plus sur Réinventer Paris.