Il s’agit de la rencontre smart la plus importante au monde : au mois d’août dernier, un nombre record de fans a gagné Hambourg pour les smart times. smart urban stories était de la partie.

La brise vespérale apporte une fraîcheur bienvenue. Des grappes, puis des groupes de plus en plus importants se massent devant la scène principale. Les lumières multicolores brillent sur les visages, un joyeux suspense envahit la place.

Pendant la journée, il fleurait bon l’air estival. En temps normal, des camions et des chariots élévateurs remplis de fruits et de légumes manœuvrent ici. Grâce à sa situation centrale à proximité du port de Hambourg, le marché de gros apporte une touche exotique des pays lointains.

Ouverture des smart times 2016 à Hambourg
Un programme trié sur le volet attend les visiteurs sur la scène des smart times.
Photo : Gulliver Theis

Mais ce week-end-là, c’est un tout autre type d’arc-en-ciel qui déferle. De la smart fortwo à la smart forfour en passant par la smart roadster – des smart tous millésimes confondus se garent côte à côte en marge du vaste terrain.

En chemin vers le marché de gros, il ne fait aucun doute que l’univers smart est en visite à Hambourg : les rues de la métropole des bords de l’Elbe semblent envahies de smart immatriculées en Italie, au Portugal, au Danemark et dans bien d’autres pays. Des centaines de drapeaux s’agitent et des milliers de personnes sont vêtues des t-shirts colorés de leurs clubs smart.

L’ambiance était à la fête pour les smart times 2016.
Temps clair et bonne humeur.
Photo : Gulliver Theis
Le public des smart times à Hambourg
Photo : Gulliver Theis
Modèles smart lors des smart times
Photo : Daimler AG
smart times à Hambourg
Photo : Gulliver Theis

Une vaste communauté internationale

« Cette vaste communauté internationale est la raison de notre venue ici », explique Andrea Berti. Cet Italien s’est déplacé avec un groupe d’amis et de membres du fan club NeuroSmartClub Italia. « C’est génial de revoir tous ces visages connus du monde entier. »

Les Italiens ont établi leur campement dans la Club Area. Ils ont fait le voyage dans 20 smart. « Notre club vit de l’amitié et des expériences en commun », explique Andrea. Sans oublier les sensations fortes : chaque année au mois de mars, ses amis et lui peuvent effectuer des tours de piste sur le fameux circuit de Monza à bord de leur smart.

L’an passé, Andrea raconte que son club a remporté la première place du concours des meilleurs clubs smart en reprenant le classique italien « Volare ». Cette année, le groupe de 35 personnes innove encore : dans l’après-midi, les membres du club vont présenter une chorégraphie accompagnant une chanson qu’ils ont composée eux-mêmes.

Ça bouge sur la grande scène : les effets de lumière et la musique annoncent le clou de la soirée. Une smart BRABUS fortwo cabrio fait son entrée au son des basses de Daft Punk.

« Vous êtes la principale motivation de notre travail »

La foule exulte quand Annette Winkler sort de sa smart, resplendissante. Chaque année, les smart times constituent un point clé dans l’agenda de la patronne de smart. « La contribution des clubs smart du monde entier pour la marque est tout simplement incroyable », dit-elle en saluant tout particulièrement l’enthousiasme des fans internationaux.

Annette Winkler arrive sur les lieux des smart times en smart cabrio
Annette Winkler accueille les visiteurs.
Photo : Gulliver Theis

« Vous êtes la principale motivation de notre travail. » La force et la joie communicative de la communauté de fans ne sont nulle part aussi palpables que lors des smart times. Pendant la journée, Annette Winkler se mêle à la foule, serre des mains, échange maintes histoires ou anecdotes et fait la connaissance des créateurs des nombreuses smart transformées que l’on peut admirer sur place.

Le patron de smart, Annette Winkler, tient un discours
« Vous êtes la principale motivation de notre travail. »
Photo : Gulliver Theis

smart « Woody » des Pays-Bas

Les idées sont aussi bariolées et variées que le public. Le néerlandais Ricardo Vierwind est venu à Hambourg dans sa smart fortwo finition boisée. Il explique : « La plupart des gens pensent qu’il s’agit d’un film imprimé. Ça leur coupe la chique quand ils découvrent que les veinures ont été intégralement peintes à la main. »

Il a acheté sa smart en 2009. Pour la métamorphose qui a eu lieu en 2013, il s’est inspiré des célèbres « Woodies », les modèles de breaks américains couverts de panneaux en bois. L’habitacle est également orné d’habillages et de revêtements en bois véritable. Viewind explique : « À l’origine, ma smart était de couleur noire et blanche – un support parfait pour moi. Je suis jardinier et j’entretiens une relation particulière avec le bois. »

Très tôt, le Néerlandais s’est pris de passion pour smart. « Dès mon enfance, je dessinais souvent de petites voitures aux formes rondes. À l’époque, ces modèles n’existaient pas encore », se souvient le jeune homme. « Quand j’ai vu une smart pour la première fois – j’avais quinze ans –, le doute n’étais plus permis : je devais en posséder une. »

La smart « forpapa » remporte le concours « craziest smart »

Tous les chemins mènent aux smart times. Ici, l’enthousiasme débordant se répand comme une traînée de poudre. Hermann Fürst, qui fait partie des habitués, est bien placé pour le savoir : il a fondé le smart club österreich en 2000 et a vu la manifestation grandir année après année.

Réjoui, il salue depuis le toit ouvrant de sa smart. « Le virus smart est contagieux. Les participants sont de plus en plus nombreux. Nous avons débuté avec 250 visiteurs et désormais nous sommes plus de 3 000 conducteurs », raconte Fürst en regardant autour de lui. « C’est un réel plaisir d’être là. »

La sensation de l’année : une smart transformée en « papamobile » blanche et or, équipée spécialement d’une cabine en verre comme l’original. Elle méduse tous les participants, croyants ou athées, et son propriétaire Sascha Gerstmayer termine en tête du concours « craziest smart ».

smart « forpapa » lors des smart times
La smart « forpapa » attire tous les regards.
Photo : Gulliver Theis

Parade smart et deux médaillées sur le podium

Le passage sur scène du duo de beach-volleyeuses Laura Ludwig et Kira Walkenhorst est un autre temps fort. De retour des jeux olympiques de Rio de Janeiro, les deux médaillées d’or font leur entrée dans une smart fortwo cabrio – dorée, ça va de soi.

Laura Ludwig et Kira Walkenhorst lors des smart times
Fières de leur médaille d’or olympique : Laura Ludwig et Kira Walkenhorst.
Photo : Gulliver Theis
smart dorée lors des smart times
Parfois, ce qui brille est de l’or.
Photo : Daimler AG

Pour Fürst, « smart innove en permanence en matière de programme. Je me réjouis tout particulièrement d’assister à la parade : c’est toujours chouette de voir défiler plus de mille smart dans les rues de la ville ».

Chaque année, la parade est la pierre angulaire des smart times. D’autant plus à Hambourg ! Dans un cortège interminable de 1 635 smart, les fans de la marque prennent d’assaut la Speicherstadt, puis Hafencity.

Parade des smart times
La parade qui traverse le quartier Hafencity est très appréciée du public.
Photo : Daimler AG

L’expérience est inoubliable pour les conducteurs comme pour les passagers. Quant aux passants, ils ne manquent rien du spectacle, qu’ils observent les yeux écarquillés depuis le bord de la route.

Difficile de savoir où donner de la tête. Parmi les nombreuses smart multicolores, on trouve des raretés comme la smart crossblade, qui n’a ni toit, ni pare-brise ni portes. C’est bien sûr Annette Winkler qui occupe la pole position dans sa smart BRABUS fortwo cabrio.

Beach-volley aux smart times
Ambiance « beach party » aux smart times.
Photo : Gulliver Theis
Parkour smart lors des smart times
Photo : Gulliver Theis
Spectacle de percussions lors des smart times
Photo : Gulliver Theis
Spectacle de danse lors des smart times
Photo : Gulliver Theis
smart forgigs
Photo : Gulliver Theis

Une grande année pour smart

Sur scène, Annette Winkler exprime sa gratitude envers les divisions smart de Böblingen et Hambach pour leur engagement et leurs efforts. En effet, ce fut une grande année pour smart. La nouvelle smart BRABUS est déjà sur le marché, la nouvelle smart electric drive va bientôt la rejoindre et le lancement de smart « ready to drop » est en phase de bêta-test. Ce nouveau service révolutionnaire permet de recevoir des livraisons directement dans le coffre de sa smart pendant la nuit. « Vous pouvez être des pionniers ! », crie Annette Winkler aux pilotes de smart. En effet, chez smart le véhicule devient un assistant personnel de plus en plus polyvalent.

Plaque « LOL » du Danemark

La smart fait aussi partie intégrante du quotidien de Linda Hougaard Bentsen, originaire du Danemark. Elle explique : « Je suis la présidente du smart klub danmark. Cette année, la participation de mon pays est extraordinaire – le trajet ne m’a pas paru aussi long que d’habitude. »

Elle a fait le voyage depuis Aalborg, au nord du pays, au volant de sa smart BRABUS. Immatriculée « LOL », elle est sa fierté. « C’est l’une des deux seules smart BRABUS de tout le Danemark », explique Linda avant de poursuivre : « Cette année, je me réjouis particulièrement des transformations créatives apportées aux modèles smart. La 453 fête son premier anniversaire, et les gens ont eu le temps d’y apporter de superbes modifications. »

smart immatriculée LOL au Danemark
La bonne humeur s’affiche.
Photo : Gulliver Theis

Kay Neidhardt, quant à lui, n’a rien dû changer à sa smart fortwo cabrio edition greystyle. « C’était l’une des séries spéciales les plus esthétiques : éléments jaunes sur le tableau de bord, rétroviseurs jaunes, inserts jaunes sur les sièges – que demander de plus ? »

Né à Hambourg, il travaille lui-même pour une filiale de Daimler AG et assiste aujourd’hui à l’événement en tant que membre de smartastic mi, un fan club de smart bien particulier. « Tous collaborateurs de Daimler et de ses filiales, nous avons fondé notre propre club en 2014. Nous nous réunissons à intervalles irréguliers, la plupart du temps dans la région de Stuttgart, à l’occasion des fêtes de Noël, pour visiter un zoo ou tout simplement déjeuner ensemble. »

Le club possède une spécificité : « Chez nous, chaque membre a un nom de code », explique Kay. « Le mien, c’est ‘The Rock’ – parce que ma smart est gris mat. »

Le visiteur de smart times Kay Neidhardt dans sa smart gris mat
Kay Neidhardt au volant de la série spéciale smart fortwo cabrio edition greystyle.
Photo : Gulliver Theis

Un long périple

Gil Peled du smart Club Israel trouve lui aussi que « smart offre la possibilité d’essayer de nombreuses choses et d’exprimer sa propre personnalité. Le concept smart est de plus en plus pertinent. Les questions de durabilité et les solutions aux problèmes urbains sont des thèmes primordiaux dans l’agenda de smart. »

Gil est sans aucun doute la personne qui a parcouru le plus de kilomètres pour se rendre aux smart times. Architecte à Jérusalem, il explique : « Dans ma ville, j’occupe un rôle de pionnier dans le domaine des mesures d’assainissement durables et vertes. smart est donc parfaitement adapté à mon univers ».

Il n’a pas pu venir avec la sienne. « Par contre, j’ai fait la connaissance d’un super fan de smart espagnol avec lequel je vais rouler pendant l’accueil des nations », se réjouit-il.

Dans la soirée, les représentants de 42 pays se présentent sur scène avec leur smart à l’occasion du spectacle Welcome of the nations. C’est l’un des hits du festival. « Cette rencontre de différentes nationalités représente à mes yeux l’esprit de smart times », poursuit-il. « smart rassemble des personnes qui ont leur passion pour dénominateur commun. »

Les fans de smart font la fête à Hambourg.
Une communauté internationale.

Les smart times, entremetteurs ?

Personne mieux que Marta Rogaczewska ne peut confirmer cet aspect. La jeune Polonaise a fait le voyage avec son époux. « Les smart times sont la toile de fond de notre relation », dit-elle en riant.

« Nous nous sommes fiancés en 2009 pendant les smart times de Zell am See. En 2011, nous nous sommes mariés à Riccione – nous sommes même montés sur scène ! J’étais enceinte pendant les smart times organisés en Belgique en 2012 et en 2013, notre fille était présente pour la première fois en Suisse. »

Il semble que smart ait gagné sa place dans l’album photo familial. Cette année, le couple a de nouveau préféré se déplacer en duo. « Pour notre deuxième lune de miel », dit-elle en riant. « Nous avons hâte de découvrir la destination de l’an prochain. Nous misons tout sur l’Espagne. »

Fans de smart qui s’embrassent
Le flambeau de l’amour s’allume avec smart.
Photo : Gulliver Theis

smart times 2017 à Salou, en Espagne

Marta a vu juste. Sous les applaudissements de la délégation espagnole, toute de cocardes et de fanions vêtue, la destination des prochains smart times est annoncée solennellement sur scène : la communauté smart se réjouit d’avance de la douceur espagnole et des retrouvailles en 2017 à Salou, sur la Costa Dorada.

La soirée touche à sa fin. Du moins ici, sur le site du marché de gros. Aguicheuses, les lumières de Hambourg clignotent et invitent à poursuivre le safari nocturne dans les rues de la ville entre amis – anciens ou nouveaux.

Visiteurs des smart times peignant une smart
La main à la pâte : les visiteurs peuvent immortaliser leur passage à la gouache sur une smart.
Photo : Gulliver Theis
smart fortwo grise
Photo : Gulliver Theis
smart transformée lors des smart times
Photo : Gulliver Theis
smart boule à facettes lors des smart times
Photo : Gulliver Theis
Robot smart
Photo : Gulliver Theis
Modèle smart forfour rouge
Photo : Gulliver Theis
smart fortwo verte lors des smart times
Photo : Gulliver Theis