Le concours d’idées smart urban pioneers invitait à penser de façon novatrice et à projeter de nouvelles perspectives pour majorer la valeur de la vie en ville. À l’heure où la tendance fermes urbaines se confirme, place à quatre projets visionnaires.

La vie en ville fait le bonheur de beaucoup. C’est mouvementé et riche en diversité culturelle, sociale et culinaire. Sur cette plateforme d’échange propice à la fête et à l’inspiration, on rencontre des gens des quatre coins du monde. Mais comment améliorer cet espace de vie ? Comment faire refleurir l’asphalte à partir d’inventions sociales, techniques, créatives et numériques ? Le concours d’idées smart urban pioneers a des éléments de réponse.

Urbanisation ou fermes urbaines ?

La raison de ce concours d’idées ingénieuses, c’est la mégatendance du moment : l’urbanisation des villes et les changements imposés au milieu urbain en conséquence. Depuis 2008 en effet, et pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les villes sont plus habitées que les campagnes. D’ici à 2050, 70 % de la population mondiale sera citadine. Est-ce que nos mégagglomérations vaudront toujours la peine ? Que faire pour transformer l’agglo en terrain de jeu novateur et joyeux ? L’agriculture urbaine recèle de beaux projets prometteurs.

Cueillette autorisée à Minden

New York, Détroit, Nantes et Minden ont la belle vie. Les légumes ne poussent pas uniquement au supermarché. Ils prospèrent aussi dans les champs et des serres en plein cœur de la ville. L’exemple le plus célèbre est sûrement High Line Park de Manhattan à New York. Mais les friches de Détroit dite « Motor City » ne sont pas mal non plus. Minden en Allemagne possède quant à elle des « garde-manger » soit des surfaces plantées de légumes, d’herbes et aromates et de fleurs comestibles en plein centre-ville. L’équipe de l’initiative citoyenne « Essbare Stadt Minden » compte notamment une jardinière et un architecte paysager. Elle souhaite revaloriser ces aliments et fournir un espace de dialogue et de rencontre tout en promouvant une vie urbaine plus saine. Car l’amour de la ville aussi passe par l’estomac. Plutôt que d’interdire les pelouses, la cueillette est encouragée. Passants, résidents, sont donc invités à se servir, sans débourser un centime.

City Tree, l’arbre s’élevant des pavés

À l’affut de mobilier écologique pour dépolluer la ville ? Voici le City Tree, un mur végétal qui assainit l’air ambiant et réduit le bruit tout en servant de décor original, de point de rencontre, de service wifi et de recharge à vélo électrique. Ce mur libre de 4 mètres de haut héberge de la mousse spéciale qui absorbe les particules fines et filtre le dioxyde d’azote sur une surface totale de 14,5 m² encore plus efficacement que 275 arbres. Tout cela grâce à une technologie connectée ultramoderne. Chaque City Tree a l’avantage de réduire l’empreinte annuelle en CO2 jusqu’à 240 tonnes. Très compact, un City Tree prend 99 % de place en moins qu’un arbre classique, facteur non négligeable en période d’urbanisation, de manque de place et de budget retranché. Ces arbres connectés sont l’invention d’une équipe transdisciplinaire de Dresde, quatre jeunes hommes réunis par une amitié de 15 ans. Ils ont élargi le concept en fondant Green City Solutions. Plusieurs unités ont été vendues en 2015, tu en trouveras même place de la Nation, à Paris.

Rue équipée d’arbres City Tree
City Tree végétalise les rues.
Photo : Green City Solutions
Green City Solutions
Photo : Green City Solutions
City Tree dans la nuit
Photo : Green City Solutions
L’équipe de Green City Solutions
Photo : Green City Solutions

La culture urbaine moderne passe par Plants & Machines

Depuis des millénaires, la nature nous donne tout. Il est grand temps d’inverser la tendance avec Plants & Machines. Grâce à cette petite serre automatisée à bricoler soi-même, chaque citadin peut cultiver de délicieux légumes et aromates à domicile. Enfin un projet novateur qui concrétise le souhait répandu pour plus de nature et d’aliments frais. Enfant de son époque, la serre Plants & Machines se pilote depuis un smartphone, une tablette ou un PC et réduit l’effort agricole du fermier amateur au minimum. Le système est hautement efficace. Les plantes poussent jusqu’à quatre fois plus vite et produisent jusqu’à 50 % de plus que les autres grâce à l’aquaponie (ou hydroponie) et des conditions optimales de croissance combinant éléments nutritifs, température, humidité ambiante, concentration en CO2 et lumière idéale. L’avantage de cette serre automatisée, c’est de pouvoir consommer des produits frais et bio sourcés à domicile. Pas besoin de transport. L’équipe de Plants & Machines sise à Weimar sème ailleurs aussi : elle conçoit un jardin intérieur design, sorte de produit lifestyle, et des systèmes plus grands pour les supermarchés et les restaurants. Bon appétit !

Serre à bricoler soi-même
Bon appétit : tout le monde peut cultiver ses légumes dans cette serre à bricoler soi-même.
Photo : Plants & Machines

Quand foodresQ sauve la nourriture… et le monde entier

Il y avait ce dîner pour lequel tu as acheté des victuailles. Mais il a été reprogrammé après un coup de fil et la nourriture s’est perdue. Ça te dit quelque chose ? Pour en finir avec ce gâchis, l’appli foodresQ propose de sauver tes aliments de la poubelle. Car les données sur le gaspillage alimentaire sont affolantes : 28 % des fruits et légumes issus de l’agriculture finissent à la poubelle. 6 à 10 % des gaz à effet de serre peuvent être attribués à ce gâchis qui survient principalement en zone urbaine. Dans une volonté de changement, trois pionniers francfortois ont créé foodresQ, une appli intelligente qui surveille tes aliments. Non contente de vérifier les conditions de conservation et de rappeler les dates de péremption, l’appli reliée à un système domotique partage des astuces de conservation optimale. Marmiton par excellence, elle prévient le gaspillage et favorise un style de vie sain à base d’aliments frais.

Fondateurs de foodresQ
Les sauveteurs alimentaires de foodresQ.
Photo : foodresQ