La nouvelle smart vision EQ fortwo concrétise l’avenir. À l’occasion du salon international de l’automobile de Francfort (IAA), le nouveau concept-car conçu pour accompagner l’évolution de l’autopartage dévoile sa conduite autonome, sa propulsion électrique et sa connectivité. La mobilité du futur se cache derrière des portes en élytres. Prêt à embarquer ?

« Salut Kate ! Salut David ! » : c’est ce que l’on peut lire sur l’écran 44 pouces qui fait office de calandre à l’avant de la futuriste smart vision EQ fortwo. La voiture électrique glisse en silence le long du trottoir. Les portes en élytres pivotent autour de l’essieu arrière pour accueillir les passagers. Automatiquement, leurs profils numériques sont affichés dans l’habitacle, tandis que la teinte des vitres passe du transparent à l’opaque – pour plus d’intimité, comme le souhaite Kate.

Ce qui aujourd’hui semble relever de la science-fiction sera normal demain pour les jeunes de la génération Y. D’ici 2030, ils pourront piloter des voitures sans posséder de permis de conduire. Par exemple la smart vision EQ fortwo, premier concept-car autonome et électrique signé Daimler.

À l’intérieur, les éléments traditionnels comme le volant, les pédales, le tableau de bord et la console centrale ont disparu. Ils font place à un lounge modulable équipé d’un écran LED 24 pouces et de deux écrans 4 pouces latéraux, optimisés pour afficher l’environnement numérique de chaque passager (médias sociaux, services de messagerie, jeux, films ou musique) de manière entièrement connectée.

l’habitacle du concept-car smart vision EQ
Habitacle spacieux, affichant le profil de l’usager.
vue détaillée de la smart vision EQ
Lumières, écrans, portes en élytres : un design résolument futuriste.

Motorisation électrique, omniprésence des écrans et phares numériques

Il va sans dire que le prototype estampillé EQ – la nouvelle marque produits et technologies de Daimler – est propulsé par un moteur électrique. Il s’inscrit dans la continuité logique de la flotte smart electric drive. Il est aussi l’incarnation mobile de la stratégie du groupe Daimler CASE, acronyme qui représente les quatre piliers stratégiques de l’entreprise : la connectivité (Connected), la conduite autonome (Autonomous), la souplesse d’utilisation (Shared & Services) et la propulsion électrique (Electric).

La smart vision EQ fortwo est équipée d’une batterie lithium-ion d’une capacité de 30 kWh. Lorsqu’elle n’est pas utilisée, elle peut rejoindre de manière autonome une station de charge pour y être rechargée. Autre scénario : les voitures peuvent se brancher par induction sur le réseau électrique, délivrer du courant et ainsi délester le réseau en jouant le rôle de « batterie en essaim ». smart assume ainsi une fonction importante dans la transition énergétique.

smart vision EQ avec deux passagers
La smart vision EQ fortwo est autonome.
une personne tient en main une télécommande transparente pour la smart vision EQ
Le terminal mobile de l’usager permet de réserver le véhicule, de le piloter et de profiter de ses nombreuses fonctionnalités.

L’expérience de la smart vision EQ fortwo commence avant même de monter à bord : les vitres latérales revêtues d’un film spécial et le panneau de calandre peuvent afficher des messages individuels, accueillir les passagers par leur nom, communiquer avec les piétons ou simplement fournir des informations utiles comme les prévisions météo ou les conditions de circulation.

Les phares numériques avant et arrière sont tout aussi iconiques et interactifs. Ils peuvent par exemple indiquer la disponibilité d’une place de parking, le niveau de charge de la batterie, la signalisation routière ou les situations potentiellement dangereuses. Les montants des portes et le pare-brise s’illuminent de la couleur sélectionnée par l’usager selon son humeur.

deux personnes dans une smart vision EQ
Toutes les fonctions d’autopartage à deux sont intégrées.
vue de face d’une smart vision EQ avec l’inscription « 11th Street »
Le panneau de calandre communique avec l’environnement.

Parée pour l’évolution du car sharing

Pour développer la smart vision EQ fortwo, smart a focalisé ses recherches sur ce que seront nos villes dans quinze ans. Le prototype est notamment le produit des expériences réalisées par car2go, pionnier du « free-floating carsharing » (autopartage en libre-service intégral), lequel compte plus de 2,7 millions d’utilisateurs dans le monde.

smart les a associées à sa maîtrise de la voiture urbaine idéale pour faire franchir une nouvelle étape décisive au concept de car sharing : le conducteur devient usager – et le trajet une expérience.

foule sur une place, au milieu de laquelle se trouve une smart vision EQ, portes ouvertes
Jamais le covoiturage n’a été aussi simple.
inscription « busy » sur l’écran latéral d’une smart vision EQ
Les écrans latéraux informent sur la disponibilité du véhicule.

« La smart vision EQ fortwo est notre vision de la mobilité urbaine du futur », explique Annette Winkler, la patronne de smart. « Il s’agit du concept d’autopartage le plus radical qui soit : complètement autonome, totalement communicante, intuitive, entièrement personnalisable et bien entendu électrique. » L’habitacle et la carrosserie ont été optimisés pour le partage, grâce à de nombreux écrans. Chaque utilisateur peut piloter les fonctions du véhicule à l’aide de son propre appareil mobile. Le logiciel se connecte au profil de chaque usager et permet une communication novatrice entre le véhicule et les usagers, ainsi qu’entre les passagers.

Ici, l’expérience utilisateur (l’« UX » des médias numériques) englobe les fonctionnalités actuelles du car sharing, mais va beaucoup plus loin en proposant le « 1+1 sharing », un concept tout nouveau d’autopartage dans lequel le premier usager est libre d’accepter ou de refuser de partager sa course avec une autre personne.

Les écrans de la smart vision EQ fortwo permettent de gérer les requêtes. En cas de trajet à deux, ils peuvent afficher des contenus partagés – par exemple des jeux ou des intérêts communs – ou être dissociés pour une expérience individuelle.

Cerise sur le gâteau : malgré le principe de partage qui le sous-tend, le véhicule s’adapte au client en modulant les couleurs et les écrans en fonction de ses goûts, offrant ainsi un espace privilégié d’isolement dans l’effervescence de la ville.

smart vision EQ devant un bâtiment par une journée ensoleillée
La mobilité de demain.
vitres teintées programmables sur les portes d’une smart vision EQ
Sur les portes, les vitres teintées programmables peuvent être assombries pour plus d’intimité.

Coordination de flotte et intelligence en essaim

Une smart vision EQ fortwo peut en cacher une autre. Grâce aux communications car-2-x (mise en réseau des différents véhicules entre eux et avec l’infrastructure routière), la flotte peut être coordonnée pour couvrir de manière optimale les besoins de mobilité urbaine.

Le véhicule apprend à identifier les périodes de forte demande, par exemple les heures de pointe, les grandes manifestations ou les mauvaises conditions météo. L’avantage : à l’avenir, les usagers ne devront plus chercher une voiture disponible – c’est elle qui viendra à eux. Grâce à l’intelligence en essaim, elle est sans doute déjà tout près.

une smart vision EQ roule dans une rue futuriste tandis que deux piétons traversent
Numérique et sans émission : la plus petite voiture avec chauffeur du monde.

Dans la ville de demain, la smart vision EQ fortwo sera la plus petite voiture avec chauffeur au monde. Sans émission et plus connectée que jamais. En 2030, Kate et David se souviendront de 2017, l’année de naissance des déplacements urbains d’un nouveau genre.