Le World Architecture Festival élit régulièrement les meilleurs édifices et constructions urbaines de l’année. Pleins feux sur les 7 projets et visions les plus captivantes de 2017.

Le manifeste du World Architecture Festival (Festival mondial de l’architecture basé à Berlin) condense les préoccupations les plus fortes menaçant les villes à l’avenir. À l’évidence, les mots clés sont gestion durable et éthique du climat, de l’énergie, de la consommation d’eau, recyclage et identité culturelle.

Les architectes et créateurs du monde entier qui ont soumis un projet au festival mondial montrent comment les villes peuvent contrer ces défis. Un fil rouge traverse leurs visions diverses : chaque construction urbaine sera ouverte et durable. Chaque projet futuriste fait la part belle à l’humain sans pour autant renoncer à la nature.

Architecture pour tous

Bambous ondoyants et surfaces plantées, la verdure s’invite au cœur des mégalopoles chinoises. Dans le cas de la salle de concert de Chengdu, capitale du Sichuan, le cabinet Aedas a dessiné un ensemble de pyramides à degrés coiffées d’espaces verts reliés et destinés aux piétons.

La circulation d’un bâtiment à l’autre se fera par des passerelles surmontant des gorges arborées. Les angles droits ont été arrondis, voilà qui donne le ton. Andrew Bromberg du cabinet Aedas évoque des paysages traditionnels qui relient avec harmonie nature et architecture, montagnes et fleuves.

Ainsi, les habitants de Wuhou, quartier de Chengdu où la construction verra le jour, se réjouissent non seulement à l’idée d’avoir bientôt une salle de concert pour les mélomanes mais aussi un immense jardin public pour les promeneurs et amateurs de Qi gong.

 

La salle de concert de Chengdu, Chine
La salle de concert de Chengdu selon Aedas.
Image : Andrew Bromberg/ Aedas

Plein de vie

Pendant ce temps, en périphérie de Copenhague, dans le futur quartier de NaerHeden, des changements sont engagés. Le cabinet danois Arkitema prévoit de convertir le terrain de 68,5 hectares en éco-quartier favorisant les espaces pour les enfants et seniors.

Le plan directeur est traversé de canaux, sentiers pavés de brique et pistes cyclables serpentines. Le tout est naturellement émaillé de verdure. Les maisons basses à pignon forment des petits villages tandis que des parcs urbains voient le jour où tous les résidents sans exception peuvent se rencontrer et sympathiser.

Champs flottants

Tandis que les Pays-Bas ont la réputation d’avoir gagné du terrain sur la mer avec leurs polders et serres de culture, Thomas Chung, professeur associé d’architecture à l’université chinoise de Hong Kong, imagine des plateformes flottantes sur terre.

Le diplômé de Cambridge conçoit en effet des mini usines dites « floating fields ». Produisant de la salade et des aromates, ces mini usines assainissent l’eau et redonnent une part de nature à la ville. La démarche de Chung tempère les angoisses posées par le changement climatique et la montée des océans tout en s’érigeant en symbole de réconciliation entre la terre et la mer.

Petites plateformes flottantes aménagées à Hong Kong.
Le projet de Thomas Chung vise le réchauffement climatique.
Photo : Thomas Chung / Floating Fields Team
Floating Fields : un projet présenté au World Architecture Festival
Ses modules flottants servent de surface de culture de légumes.
Photo : Thomas Chung / Floating Fields Team
Les champs flottants ou Floating Fields par Thomas Chung
Le concept promet de redonner une part de nature à la ville.
Photo : Thomas Chung / Floating Fields Team

Mémorial vert

Cheminant à travers un paysage de bouleaux et arbustes des plus étudiés, une passerelle en bois nous conduit à la Wangari Muta Maathai House. Ce mémorial rendant hommage à Wangari Maathai, médecin-vétérinaire kényane, première lauréate africaine du Prix Nobel de la paix est conçu comme un lieu du souvenir très vivant.

La structure du mémorial, de forme circulaire, repose sur les idées de Maathai qui fut connue dès 1977 pour son projet de reforestation intitulé Green Belt Movement. Vaste et boisé, le bâtiment se fond dans son environnement.

L’équipe derrière la réalisation du projet s’appelle Boogertman – agence sud-africaine spécialisée dans l’architecture durable.

Un projet écologique soumis au World Architecture Festival
Le mémorial Wangari Muta Maathai House par Boogertman.
Photo : Boogertman and partners
Wangari Muta Maathai House
Photo : Boogertman and partners
Wangari Muta Maathai House par Boogertman
Photo : Boogertman and partners
Un projet de Boogertman
Photo : Boogertman and partners

Donner forme au son

Cap sur Malmö où l’un des projets a déjà vu le jour : un groupement d’immeubles dont la façade s’apparente à une enfilade de code-barres. C’est en y regardant de plus près qu’on distingue des fenêtres, sombres, allongées et de taille variée.

Les bâtiments rouge, jaune et gris du complexe Malmö Live abritent deux salles de concert et donnent un visage à l’initiative éponyme en faveur des musiques nouvelles dans la ville la plus méridionale de Suède. Pour les experts de Schmidt Hammer Lassen Architects, il allait de soi que l’ensemble irait de sa contribution à la vie publique de la ville.

Ensemble d’immeubles à Malmö
Malmö Live – un ensemble architectural par Schmidt Hammer Lassen.
Photo : Schmidt Hammer Lassen Architects
Une étude par Schmidt Hammer Lassen Architects
Photo : Schmidt Hammer Lassen Architects
Vue des bâtiments Malmö Live
Photo : Schmidt Hammer Lassen Architects
Salle de concert à Malmö
Photo : Schmidt Hammer Lassen Architects
Une soumission au World Architecture Festival : Malmö Live
Photo : Schmidt Hammer Lassen Architects
L’ensemble d’immeubles Malmö Live
Photo : Schmidt Hammer Lassen Architects

Prends la tangente en rose

On dirait que ce méandre rose fluo sort tout juste d’un film de science-fiction. C’est en fait une piste cyclable de 600 mètres de long reliant deux quartiers d’Auckland en Nouvelle Zélande. Réalisé par Monk Mackenzie, le LightpathAKL garantit aux piétons et aux cyclistes un trajet agréable et optimal au-dessus de l’autoroute urbaine si fréquentée.

La nuit, l’éclairage de la passerelle se fait au moyen de 300 LED de couleur magenta. Et le visage des passants resplendit tout autant que celui des urbanistes locaux qui ont eu la joie de compter le 100 000e cycliste dès mars 2016.

LightPathAKL par l’agence Monk Mackenzie Architects d’Auckland
La passerelle LightPathAKL de Monk Mackenzie.
Photo : Monk Mackenzie + LandLAB
Passerelle pour cyclistes et piétons au-dessus de l’autoroute urbaine d’Auckland
Ce sentier rose fluo assure aux piétons et cyclistes d’Auckland une traversée agréable de la ville néozélandaise.
Photo : Monk Mackenzie + LandLAB
Projet soumis au World Architecture Festival : le LightPathAKL
Des LED de la même teinte rosée éclairent le passage la nuit.
Photo : Monk Mackenzie + LandLAB

Lanternes idylliques sur sable blanc

Ah, ces palmiers qui font surtout rêver les habitants des climats froids et tempérés ! Pour satisfaire à ce désir de palmier toujours croissant Stephen Pimbley et son équipe de l’agence Spark ont mis sur pied une série de palmiers artificiels. Les voilà qui éclairent la plage de Singapour à l’instar de lanternes géantes et visitables.

En fait, ces cabines de plage lumineuses selon Spark ont été réalisées avec les déchets des océans et combinent ainsi deux pistes de réflexion : le besoin de recyclage et l’envie de rendre hommage à la tradition victorienne des cabines de plage en Angleterre et Afrique du Sud.

Le World Architecture Festival est un événement dédié aux architectes et décorateurs d’intérieur du monde entier. Il aura lieu à Berlin du 15 au 17 novembre 2017. C’est le seul festival au monde à concilier de façon innovante transmission des savoirs, inspiration, remise de prix, conférences et réseautage.